Ce site utilise des fichiers témoins aux fins d’analyse et de diffusion de publicités ciblées par centres d’intérêt. Pour en savoir plus, consultez notre politique relative aux fichiers témoins ou cliquez sur AdChoices. Ad Choices

Oui, je le veux : Se faire passer la bague au doigt dans la ville du péché

Belinda Jones parcourt le désert de Los Angeles à Las Vegas pour dire ces mots.

Belinda Jones

Cette journaliste est devenue auteure de 11 romans d'évasion et d'un mémoire sur un véritable voyage en voiture qui a figuré parmi les 10 meilleures publications du Sunday Times, auprès d'une œuvre de son héros, Bill Bryson.

Twitter: @belindatravels

Site Web : sunloungerstories.com

Dix ans avant de me marier à Las Vegas, j'ai parcouru le Strip, m'arrêtant pour jeter un coup d'œil à chaque chapelle, des mariages à l'auto rapides aux jardins et pavillons avec cupidons grassouillets et cœurs roses palpitants (sans mentionner quelques endroits qui m'ont donné envie de sortir mon nettoyant Pledge pour donner un bon époussetage aux faux bouquets nuptiaux). Je faisais des recherches pour un roman à propos de deux filles anglaises qui ont décidé que la capitale mondiale du mariage serait le meilleur endroit pour trouver un mari (315 mariages y sont célébrés par jour, en moyenne; l'air y est composé à 70 % d'oxygène et à 30 % de confettis).

Dans l'histoire, Izzy opte pour la chapelle Graceland et un rassemblement de « Elvis » de toutes sortes, du blouson lamé doré aux rayures Jailhouse Rock, tandis que Jamie choisit la chapelle Canterbury de l'hôtel Excalibur, puisque le marié est un chevalier de l'attraction de joute médiévale de l'hôtel et qu'il profite d'un rabais. Cependant, pour ma propre cérémonie, j'avais besoin de quelque chose d'un peu plus élégant.

Mon futur mari était technicien en électronique pour la marine des États-Unis, soit l'antithèse de ce kitsch et de cet éclat. Ma première impression de lui était celle d'un « bébé Obama » aux manières désarmantes et à l'élégance mesurée. Ce qui soulève la question : Pourquoi un mariage à Vegas alors?

"Mais, ici, entourée d'un ciel bleu éternel, je peux non seulement expirer, mais étirer bien grand mes bras, m'émerveiller de cette immensité et libérer mon cri primal."

En fait, c'était plutôt une question de logistique. À l'époque, les congés de Jonathan étaient rares et nécessitaient une quantité astronomique de paperasse. Je l'avais à peine vu au cours de l'année précédente. Il a d'abord été transféré à la plus grande base de la marine en Virginie (à 5 000 kilomètres de mon cocon de Los Angeles), puis il a passé 6 mois à combattre des pirates en Somalie. Alors, lorsqu'il a téléphoné pour dire qu'il avait un « créneau de mariage » dans une semaine à peine, je savais que le seul endroit où nous pouvions assurément organiser quelque chose dans ce délai était Vegas.

Ça ne semble pas très romantique, mais c'était un plus pour moi. Bien que je gagne ma vie en écrivant des romans de filles, tout ce qui touche aux histoires de princesses me rend malade. L'autre côté positif était la route.

Je crois que j'aime particulièrement parcourir le désert parce qu'il est si différent du paysage qui m'est familier. J'ai grandi entourée des haies et des petites routes de Devon, au Royaume-Uni, où j'avais envie de prendre une bonne respiration chaque fois que je rencontrais un autre véhicule. Mais, ici, entourée d'un ciel bleu éternel, je peux non seulement expirer, mais étirer bien grand mes bras, m'émerveiller de cette immensité et libérer mon cri primal.

"La terre cuite poussiéreuse prend des teintes de violet ombrageux, qui s'estompe parfois jusqu'à un soupir de brume diaphane."

On commence vraiment à se sentir dans une escapade après environ une heure hors de L.A., lorsque le moteur commence à forcer dans l'élévation des montagnes de San Gabriel et que les panneaux conseillent d'éteindre le climatiseur afin d'éviter que le véhicule surchauffe. Pendant un moment, j'ai suivi la vitesse du train de marchandises qui tirait une soixantaine de wagons ressemblant à des blocs Lego et qui traversait les plis et sillons du paysage.

J'aime que ce soit la même route (I-15) qui parcourt les 300 prochains kilomètres, bien que j'aie fait un détour vers Ghost Town Road à mi-chemin, délaissant les virevoltants de Calico, pour visiter le casse-croûte Peggy Sue des années 1950. On y trouve une ambiance qui évoque plutôt le fantôme d'Elvis, avec un excès de souvenirs rétro; Marilyn, Betty Boop, I Love Lucy, et un pot de biscuits Spock incongru, mais étrangement attrayant. Selon moi, les meilleures choses à savourer dans un casse-croûte sont le déjeuner ou la tarte. Je me suis perchée au comptoir pour une pointe de tarte au citron et à la meringue et, quand j'ai réglé l'addition, la serveuse m'a remis un billet disant « Apportez ce billet à la boutique de souvenirs et on vous remettra une gomme à bulle ou un Tootsie Roll ». J'ai mâché ma friandise en explorant leur parc « Diner-saur », puis j'ai repris la route.

Saviez-vous que les arbres de Josué poussent uniquement dans le désert des Mojaves? Nulle part ailleurs dans le monde. Je me demande si c'est à cause du sol granuleux. Parfois, on dirait qu'une bande de goudron a été posée au travers d'une énorme carrière. Au loin, les montagnes se dressent et changent de couleur au gré des nuages dans le ciel. La terre cuite poussiéreuse prend des teintes de violet ombrageux, qui s'estompe parfois jusqu'à un soupir de brume diaphane.

Aucune voiture ni aucun signe de vie à des kilomètres à la ronde.

Vous pourriez penser qu'avec tout ce temps et dans ce vaste espace, nos pensées se mettent à vagabonder et à remettre en question l'énorme engagement que nous nous apprêtons à prendre. Mais en fait, je trouve que le paysage silencieux et sommeillant est apaisant, comme si je parcourais la prairie en calèche.

Je désirais marier cet homme. Je n'aurais jamais pensé qu'un jour je dirais « Oui, je le veux ».

J'ai fait une autre courte escale à Baker, où se trouve le plus grand thermomètre au monde ainsi que le restaurant Mad Greek. Je ne pouvais pas m'en empêcher. Ils servent des laits frappés au baklava.

Il restait à peine plus d'une heure. Les néons de la ville de Primm, avec ses trois casinos et sa montagne russe, me taquinaient en chemin. Puis, un panneau pour la Sandy Valley Correctional Facility. Incroyable! Ici, même les prisonniers ont des néons, des tourelles et un buffet. Oh. Mon erreur. Il s'agissait du casino Gold Strike, qui se dresse en solitaire à côté de l'autoroute.

Dans un monde idéal, je parcourrais la dernière partie du chemin sous un coucher de soleil rosé et arriverais sur le Strip illuminé de néons éclatants sur un ciel noir.

Mais cette fois, c'était différent. Je n'étais pas ici pour boire des margaritas de trente centimètres et m'émerveiller du dernier spectacle grandiose du Cirque du Soleil.

Son vol devait arriver d'un moment à l'autre…

La Little Church of the West est la plus vieille chapelle de Las Vegas. Construite en 1942, elle est si authentique et pittoresque qu'elle figure au registre national des lieux historiques. Elle est située près du Strip, à quelques pas de la lueur dorée du Mandalay Bay (où nous logeons). Toutefois, au lieu du tintamarre des machines à sous, vous pouvez y entendre des oiseaux chanter. Elle est faite entièrement en bois; des panneaux en bois, une chaire en bois et des bancs en bois pouvant seulement accueillir une cinquantaine de personnes. Petit, mais coquet. Judy Garland s'est mariée ici, ainsi que Shirley Bassey, Telly Savalas et Richard Gere. Même Angelina Jolie (à Billy Bob Thornton). C'est également la chapelle où Elvis a épousé Ann-Margret dans « Viva Las Vegas ». On ne saurait faire plus emblématique.

Je crois que la supposition la plus courante à propos des mariages à Vegas est qu'ils ne semblent pas réels et qu'ils ressemblent davantage à une scène de film. Cependant, dès que le pasteur nous a accueillis sincèrement, j'ai su que c'était réel. Ma meilleure amie Émilie nous regardait du Royaume-Uni sur Skype, en pyjama. Mon iPhone était placé sur le vieil orgue afin qu'elle puisse nous voir. Elle a crié de joie lorsque Jonathan et moi avons été déclarés mari et femme. Tout comme moi.

Après quelques photos et un bon verre de Perrier-Jouët, nous avons mangé au haut de la tour Eiffel, qui donne sur les fontaines du Bellagio. Puis je me suis endormie dans le taxi qui nous ramenait à l'hôtel, à quatre minutes de là.

Le matin suivant, je devais aller déposer mon nouveau mari à l'aéroport. Il semblait surréaliste de partager un moment si magique et de parler de passer notre vie main dans la main pour ensuite se séparer. J'étais plutôt abasourdie durant mon retour à L.A. Est-ce vraiment arrivé? Suis-je vraiment mariée?

Puis le soleil s'est levé et mon regard est passé du paysage désertique au volant, où les diamants sur ma main gauche brillaient et étincelaient.

Ce n'était donc pas un rêve

J'ai senti l'excitation lorsque j'ai réalisé que j'avais un autre voyage à planifier, soit traverser huit états pour me rendre à ma nouvelle demeure en Virginie.

Photographie:

L'image de plomb - Adrian C.

I-15 - Andre Manoel

Little Church of the West - Steve Moses

Fontaine du Bellagio - Nan Palmero

 

Commencer une Réservation

Profitez de réservations de location de véhicules rapides et faciles auprès d’une des 7 200 succursales d’Enterprise Rent-A-Car situées dans les villes, les aéroports et les quartiers près de chez vous.

Réservez maintenant

Offres par courriel

Ne manquez pas la chance de prendre la route : nos dernières offres livrées dans votre boîte aux lettres.

Inscrivez-vous