Ce site utilise des fichiers témoins aux fins d’analyse et de diffusion de publicités ciblées par centres d’intérêt. Pour en savoir plus, consultez notre politique relative aux fichiers témoins ou cliquez sur AdChoices. Ad Choices

Indiana hanté

Roads Hotel est un hôtel historique d’Atlanta, en Indiana, qui a été construit en 1893.

Roads Hotel est un hôtel historique d’Atlanta, en Indiana, qui a été construit en 1893.


Photo ci-dessus : Roads Hotel est un hôtel historique d’Atlanta, en Indiana, qui a été construit en 1893.

Histoire d’Abby Carney; photos de Mary McClung

Abby, qui vient du Sud, est une écrivaine et journaliste basée à Brooklyn. Elle a écrit sur la gastronomie, l’art et la culture, entre autres, pour le Washington Post, Forbes, Texas Monthly et bien plus encore. Suivez-la sur Twitter. Mary McClung est une photographe indépendante spécialisée dans la gastronomie et la rédaction basée à Indianapolis. Son travail se trouve dans des magazines locaux et régionaux et en ligne.

Une enquête sur les routes de campagne pour découvrir le côté effrayant de l’Indiana, surnommé Hoosier State.

L’Indiana est plus que des tracteurs, des tiges de maïs, du basket-ball et de la tarte à la crème au sucre. Les routes de campagne de l’Indiana sont réputées pour abriter des mystères, des apparitions et un grand éventail de phénomènes inexpliqués.

Maintenant, je ne suis pas peureuse de nature, mais il y a suffisamment d’activité paranormale présumée dans l’Indiana pour faire frissonner le plus grand des sceptiques. Alors que je traversais l’État en voiture récemment, à faire de la recherche pour des reportages sur les meilleures tartes de l’Indiana et les produits artisanaux amish, j’en ai profité pour enquêter sur certains des lieux hantés de l’Indiana. Aurais-je besoin d’un exorciste d’ici la fin du voyage? Sans doute non, mais j’étais prête à le découvrir.

En commençant dans la capitale de l’État, je me suis arrêtée sur la rue North Delaware Street dans le quartier historique du parc Meridian, où le tristement célèbre poltergeist d’Indianapolis réside. Selon le site Web, « Ghosts of the Prairie », de Troy Taylor, qui est un expert en matière de phénomènes paranormaux, en 1962, une femme vivait dans la maison à deux étages avec sa mère et sa fille. Sur une période de deux semaines, les femmes ont été victimes d’assiettes et de verres qui se fracassaient mystérieusement devant leurs yeux. Elles avaient également des marques de morsure fantôme sur la peau.

J’étais curieuse de savoir si des esprits virevoltaient toujours en ce nouveau millénaire. En espionnant la cour du voisin, j’ai aperçu une statue de gnome sans tête. Le seul son était le tapotement des gouttes d’eau qui tombaient de la gouttière dans un contenant en styromousse vide sur le gazon. Un bruit qui aurait pu être sinistre, si je ne cherchais des fantômes de poubelles.

Le toit était parsemé de jouets d’enfants, notamment une figurine Hulk et une voiture Matchbox jaune. Les moustiquaires étaient ouvertes et la galerie disposait de meubles, d’un barbecue et de dessins à la craie fraîchement faits. Ce n’était pas clair si la maison était abandonnée, ou juste en mauvais état. J’ai frappé deux fois à la porte. Pas de réponse. Un passant, qui prenait sa pause de dîner, m’a admis qu’il ne connaissait rien à propos d’une maison hantée, mais il m’a tout de même souhaité bonne chance. Dans l’ensemble, j’ai observé des signes de déclin urbain dans la région, mais mon compteur d’épouvantes avait enregistré zéro frisson. Le moment était venu de passer à autre chose.

Mon prochain arrêt a été l’historique hôtel Roads Hotel d’Atlanta, population 725, qui abrite le New Earth Festival, un festival qui n’est vraiment pas très effrayant. Selon le site Web, Indiana Haunted Houses (maisons hantées de l’Indiana), l’hôtel a été construit en 1893 et était une escale pour la compagnie ferroviaire. Des apparitions, des voix, des lumières vacillantes, des portes grinçantes qui s’ouvraient et se fermaient toutes seules; selon la légende, tout cela ’est déroulé à l’hôtel Roads Hotel.

Les rues désertes prenaient une allure sinistre quand le vent violent soufflait, secouant le candélabre sur la galerie avant et faisant basculer la chaise berçante. Personne n’a répondu lorsque j’ai appelé. Alors que je frissonnais, de froid et non de peur, debout à l’entrée du domaine, une voiture de shérif est passée, lentement. Je me suis approché de la fenêtre latérale pour examiner de plus près quand, tout à coup, le jappement strident d’un chien m’a fait sursauter. À l’intérieur, j’ai vu un cercueil en contreplaqué ainsi que des antiquités, des rideaux en dentelle, des vases et une causeuse. Je n’avais pas encore rencontré de fantôme, mais j’étais déterminé. Ma quête de poltergeist continuerait, même si je devais invoquer les esprits moi-même!

En circulant dans la ville du Pérou, j’avais presque abandonné l’idée de trouver le cimetière Hookman, (aussi connu sous le nom de cimetière Tillett), car il est difficile à voir de la route. Il est caché sur une colline boisée à côté d’un site de VR et à une courte distance d’un parc industriel. Je dois admettre que l’énergie dans l’air était plutôt sinistre. J’étais un peu effrayée en rampant par-dessus des arbres tombés pour me rendre au cimetière. C’est pourquoi j’ai appelé mon petit ami juste pour être certaine qu’au moins une personne savait où j’étais. Au cas où.

« Tu as vraiment peur, n’est-ce pas? » m’a-t-il taquinée.

J’ai dû avouer que c’était le cas. Même si l’histoire au sujet du Hookman, un méchant meurtrier équipé d’un crochet prosthétique qui erre le long de la promenade des amoureux à la recherche de victimes, n’est qu’une légende urbaine classique, ce cimetière me donnait la chair de poule. Tout en marchant autour des pierres tombales brisées, je me suis d’abord demandé si l’esprit de Hookman pouvait encore être dans les parages. Le crissement des feuilles m’a fait sursauter, c’était seulement quelques randonneurs.

J’ai décidé d’aller me réchauffer en dégustant quelques tortillas au fromage hantées dans le manoir qui héberge le site phare du restaurant Hacienda (de la chaîne Mishawaka). L’histoire raconte qu’un couple vivait autrefois dans ce manoir avec leur bonne. L’homme a mis la bonne enceinte. La bonne s’est suicidée dans le grenier et l’homme s’est suicidé dans le sous-sol. Leurs esprits hantent la maison depuis. Mais, les prestations fantomatiques doivent être plutôt banales, car les affaires semblent très bonnes. (L’attente était de 30 minutes le mercredi soir où j’ai mené mon enquête.)

J’ai jasé avec l’hôte et l’aide-serveur, Christopher Hein, un adolescent qui était de la région et qui travaillait chez Hacienda depuis trois mois. Ses fonctions l’amenaient souvent au sous-sol, la zone la plus hantée du bâtiment, dit-il.

« Un soir, j’ai entendu la voix d’un homme. Il murmurait. Je ne pouvais pas comprendre ce qu’il disait, mais j’ai eu peur. Je ressens toujours une présence quand je me trouve au sous-sol. Vous pouvez toujours sentir la présence de pas. Parfois, cette présence se manifeste comme un coup de vent, même si le sous-sol est complètement immobile, ce qui est très effrayant. » Oh! la! la!


Après toutes mes péripéties et impasses, j’ai décidé qu’un bon repas pris dans la salle à manger Tippecanoe Place  du manoir Studebaker serait un régal bien mérité pour cette chasseuse de fantômes fatiguée. J’ai été surprise de voir que j’étais la seule invitée du manoir pour la soirée. Les vastes salles à manger étaient remplies de somptueux fauteuils, d’antiquités et d’art, mais j’ai soupé seule. Je piquais de ma fourchette une salade caprese et sirotais mon cocktail pendant que l’historien du manoir, Doug Graczyk, me racontait l’historique du manoir hanté.

Elle comprend de nombreux esprits énergiques, comme le fantôme de Clement Studebaker lui-même. Vieux Clem est connu pour visiter son bureau. Il s’annonce avec une chute dans la température; l’odeur des cigares; et des cadres qui se balancent sur le mur. Il y a également de fantômes plus stoïques, comme la bonne enceinte qui s’est pendue dans la cage d’escalier parce que son prétendant avait refusé de la marier. Graczyk et ses collègues affirment qu’ils rencontrent régulièrement les fantômes ludiques du manoir Studebaker. Les anomalies incluent des lumières vacillantes, des enfants qui chantent et des orbes et des apparitions mystérieuses captées sur vidéo.

« La semaine dernière, dans la chambre principale, notre serveur a été témoin d’un vase qui s’est envolé en dehors du bahut. La porte s’est ouverte toute seule et le vase s’est envolé. »

Tous les employés semblent avoir leur propre coffre au trésor d’histoires de fantômes.

Le gérant adjoint, Aaron Smith, racontait : « Je sortais de la salle de bal un soir après avoir terminé la mise en place pour un événement ce soir-là quand j’ai eu la sensation que quelque chose ne semblait pas normal. Je suis donc retourné sur mes pas et ai constaté qu’une des chaises avait été tirée intentionnellement, comme si quelqu’un y était assis. Ce genre de choses se produit régulièrement. Tout ce que nous pouvons faire c’est de hausser les épaules et d’essayer de l’ignorer. »

Comme ils s’apprêtaient à éteindre les lumières et préparer le manoir pour la nuit, je me suis excusée pour aller aux toilettes des dames en bas. Tout en fonçant dans l’obscurité, j’ai exhorté silencieusement les esprits présents à me laisser tranquille. J’avais passé tout le voyage à les chercher, mais je n’étais pas sûre d’être en mesure de gérer le phénomène s’ils se manifestaient réellement. J’ai remonté l’escalier à toute vitesse, deux marches à la fois, ai salué Doug et Aaron, puis suis partie.

ARTICLES CONNEXES

Voir tous les articles

Start A Reservation

Enjoy fast and easy car rental bookings from Enterprise Rent-A-Car at one of our 7,200 branches in cities, airports and neighborhoods near you.

Reserve Now

Email Offers

Don't miss an excuse to hit the road: our latest offers delivered to your inbox.

Sign Up